Caloptène ochracé

Calliptamus barbarus (O.G. Costa, 1836)


  • 82
    observations

  • 30
    communes

  • 15
    observateurs

  • Première observation
    2001

  • Dernière observation
    2021
Barraud Remy - Bruce Nicolas - Descaves Bruno - Fonderflick Jocelyn - Hennebaut David - Herault Emilien - Jamier Myriam - Jaulin Stéphane - Karczewski Gaël - Lamarche Béatrice - Lemonnier Michèle - Malafosse Jean-pierre - Quillard Valerie - Selosse Lucie - Sulmont Emeric

Informations sur l'espèce

Le Caloptène ochracé est un criquet trapu, qui malgré ses tegmina bien développés ne stridule pas. Sa couleur de base, cryptique, est très variable. Discret au sol, sa taille et ses ailes rose le rendent très visible en vol. Cette espèce est morphologiquement très proche du Caloptène italien (Calliptamus italicus). La distinction se fait sur l’armature génitale des mâles : en forme de bourgeon chez barbarus, en forme d’aileron de requin chez italicus.
Sa répartition semble assez homogène sur l’ensemble du territoire du Parc national des Cévennes, de 150 m (le 23/08/2018, commune de Berrias-et-Casteljau) jusqu’à 1650 m (le 30/08/2015 au Pic Cassini, commune d’Altier) dans les secteurs qui lui sont favorables. Plus xérothermophile que le Caloptène italien, le Caloptène de Barbarie aime les habitats chauds et secs, à végétation clairsemée (steppe, carrière, chemin caillouteux...). Sur le Mont Lozère, sa présence reste à confirmer à l’Ouest des sources du Tarn ; nous ne disposons que de quelques mentions à l’Est du massif (Chantegrive et le Belvédère des Bouzèdes). L’espèce est à rechercher de juillet (date la plus précoce le 27/06/2011, commune de Sumène) à octobre (date la plus tardive le 26/10/2017, commune du Pont-de-Montvert).
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Calliptamus italicus minimus Ivanov, 1888 | Calliptamus minimus Ivan., 1888

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles