• 107
    observations

  • 22
    communes

  • 36
    observateurs

  • Première observation
    1981

  • Dernière observation
    2022
Alcaix Gérard - Argoud Philippe - Barraud Remy - Boyer Jerome - Bruc Yves - Coenders Sylvie - Costes Geraldine - Cuenin Christophe - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dugueperoux Franck - Fabre Jean-marie - Forge Sandrine - Hennebaut David - Herault Emilien - Jendoubi Samy - Karczewski Gaël - Lucas Philippe - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Nappee Christian - Parchoux Franck - Picq Hervé - Pinna Jean-louis - Quillard Valerie - Redon Maxime - Revelli Paul - Reversat Lucien - Richardier Yves - Rival Andre - Rombaut Cyril - Rousset Christian - Rousteau Typhaine - Seon Jean

Informations sur l'espèce

La Martre des pins est un mustélidé de taille moyenne, 40 à 50 cm de longueur « tête + corps », pour un poids d'1 à 2 kg ; son pelage est brun foncé, ses pattes et sa queue presque noires, sa tête plus claire avec une bavette jaune crème ou orangée sous la gorge et le haut du poitrail. Très discrète et très agile, la Martre des pins vit dans des habitats forestiers plus ou moins denses : forêts de conifères ou forêts mixtes de feuillus et conifères mais aussi boisements plus lâches et clairsemés. La Martre est surtout crépusculaire et nocturne mais quelques observations diurnes sont rapportées, surtout dans les habitats naturels sauvages. Son régime alimentaire est principalement carné, avec, pour principales proies, les campagnols et les mulots mais aussi les oiseaux et leurs oeufs qui entrent pour une part importante dans son régime (jusqu’à 30 % d'après la littérature). Elle consomme aussi des invertébrés (coléoptères et autres…) et adopte, à l’occasion, un régime frugivore en périodes estivale ou automnale. En hiver, les charognes constituent 30 à 40 % de sa ressource alimentaire. Son aire de répartition européenne est vaste mais c’est une espèce qui tend à se raréfier ces dernières décennies. Les massifs forestiers d’altitude lui offrent encore les meilleurs refuges et elle est présente, en montagne, jusqu’à la limite des arbres.
Sur le territoire du Parc national des Cévennes, on la trouve à toutes les altitudes, depuis 430 m jusqu’à près de 1600 m sur le Mont Lozère. Bien présente sur les massifs de l’Aigoual, du Bougès et du Mont Lozère, où les données sont les plus nombreuses, elle fréquente aussi les falaises et autres lieux rocheux découverts des gorges du Tarn mais semble absente des habitats très ouverts des Causses. Chez cette espèce polyoestrienne en période de rut qui a lieu entre juin et août, l'implantation de l'embryon est différée au mois de février suivant. Entre avril ou mai, la femelle met bas deux à sept jeunes sevrés après 45 jours et elle est la seule à s'occuper des petits.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Martes abietum | Martes latinorum | Martes martes lorenzi Ognev, 1926 | Martes martes martes | Martes martes sabaneevi Yurgenson, 1947 | Martes martes uralensis Kuznetzov, 1941 | Martes notialis | Martes ruthena | Martes sylvestris | Martes vulgaris | Mustela martes Linnaeus, 1758

Video (2)


Martre des pins

Auteur: Yann Dissac - Parc national des Cévennes

Martre des pins

Auteur: Parc national des Cévennes

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles