• 50
    observations

  • 18
    communes

  • 21
    observateurs

  • Première observation
    1998

  • Dernière observation
    2021
Barraud Remy - Belier Laurent - Boyer Jerome - Costes Geraldine - Deffrennes Benoit - Descamps Régis - Descaves Bruno - Descaves Sandrine - Dugueperoux Franck - Fonderflick Jocelyn - Garnier Gilles - Gineste Benoit - Henry Isabelle - Karczewski Gaël - Lamarche Béatrice - Malafosse Isabelle - Malafosse Jean-pierre - Meynet Laurie - Quillard Valerie - Ricau Bernard - Sulmont Emeric

Informations sur l'espèce

La Crocidure musette est une musaraigne à « dents blanches », de taille moyenne (poids adulte : 10- 12 g) et son pelage gris-brun ne lui confère pas de caractère particulier hormis une queue assez longue, parsemée de poils plus longs que ceux de la fourrure.
Répandue et commune en Europe occidentale et en Afrique du Nord, le nombre de données dans la base du Parc national montre que, sur ce territoire, c'est bien aussi la musaraigne la plus fréquente. La majorité des données proviennent d'observations concernant des cadavres ou des analyses de pelotes de réjection de rapaces nocturnes. Elle est mentionnée sur les massifs montagneux, Aigoual et Mont Lozère, sur le Causse Méjean et sa périphérie mais semble absente des Basses Cévennes. Pourtant, les murets de pierres sèches, les lisières forestières bien exposées, les jardins et la proximité des habitations constituent ses milieux de prédilection. Elle est notée à Blajoux dans les gorges du Tarn à 519 m d'altitude et au Plo de Valbelle sur l'Aigoual à 1335 m. Des prospections ciblées révèleraient probablement une forte présence, plus régulière et homogène, sur l'ensemble du territoire du Parc national.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Crocidura russula caneae Miller, 1909 | Crocidura russula caudata Miller, 1901 | Crocidura russula guldenstaedti Pallas, 1811 | Crocidura russula peta Montagu & Pickford, 1923

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles